Le marathon de Bruges se court dans le Mordor!

Bien le bonjour,

Comme annoncé, le week-end des 20-21 Octobre derniers, une partie de la team (Ostéoman, Krakott et Tintin, de gauche à droite sur la photo ci-dessous) est allée dans le Nord de notre beau pays, à Bruges pour y courir la seconde édition du Great Bruges Marathon.img_0811La pré-course

Rendez-vous est pris entre Thierry (Ostéoman) et JY (Krakott) à 9h dans le sud de Bruxelles pour ensuite aller chercher Éric (Tintin) en périphérie de la capitale avec comme objectif un départ pour le Nord à 10h maximum en mode covoiturage. Bon ça c’est la théorie, dans la pratique: JY est 30 minutes à la bourre ce qui permet à Thierry de prendre tranquillement une jate de café (1) (#beaugeste, se mettre en retard pour offrir un kawa… #mauvaisefoi) puis ils se mettent en chemin pour récupérer Éric, et après un autre café et quelques bavardages, nos trois compères démarrent vers 10h45 direction Bruges, euh non Blankenberge en fait, où ils séjourneront durant le week-end.


Le temps d’admirer la mer du nord puis direction Bruges… non toujours pas… ce sera d’abord un arrêt du côté de Damme à 5 km environ de la Venise du Nord pour se restaurer dans une superbe brasserie/pâtisserie du nom de Tante Marie à la décoration So British. Seul regret: ne pas avoir goûté en dessert un des gâteaux au menu du restaurant et ce essentiellement pour s’épargner le bidon et d’éventuels soucis digestifs le lendemain (par contre, il y a eu un peu de bière mais c’était pour goûter la production locale #excuseenor).

Après une courte marche digestive pour reprendre la voiture, nos trois coureurs du dimanche prennent enfin la direction de Bruges afin d’y récupérer les dossards, prendre un café avec l’ami Diego (avec qui on court chaque année les 20 km de Bruxelles avec l’association Tous à Bord) et repérer la zone de départ pour le lendemain. Les retraits des dossards et du t-shirt de l’évènement se font dans le beffroi de la ville, c’est juste magnifique. À l’intérieur se trouvent aussi des vestiaires (H/F séparés) aménagés pour l’occasion ainsi que des consignes pour déposer son sac le jour j, le tout au chaud dans un bâtiment historique en plein coeur de la ville, que demander de plus.

18h30, nos trois gaillards retournent du côté de Blankenberge: une dernière vue sur la mer avec un chouette couché de soleil, un plat de pâtes plus tard et tout le monde au lit, le dimanche il faudra se lever tôt.img_0824Pendant ce temps-là

Pendant que notre trio se promenait tranquillement, notre Padawan, Sarah, faisait un podium au Heimolenjogging à Keerbergen sur un 16 bornes en 4’57 de moyenne au km, la grande classe, félicitations pour ta troisième place!img_0876Côté parcours

Le tracé du marathon est on ne peut plus simple, et l’organisation vous prévient dès le début, on va de Bruges à la côte Belge (Zeebruges) et on revient (Bruges – Coast – Bruges est d’ailleurs indiqué sur le logo de l’évènement et sur la médaille de finisher).img_0808Résultat, le tracé longe essentiellement les canaux amenant à la mer, idem pour en revenir. On passe également à travers de chouettes petits villages en pleine campagne. La course débute dans le centre historique de Bruges le long du Dijver et se termine en apothéose sur la Grand-Place de la ville au pied du beffroi. On doit bien vous avouer qu’à la première vue du tracé, on s’est dit que le parcours allait être très monotone à cause des grandes lignes droites qui vous emmènent à la mer et vous ramènent sur Bruges. Toutefois, ça a été une bonne grosse surprise, à part peut-être un passage dans une zone industrielle, le parcours est très agréable au final, presque bucolique, oui, oui, bucolique.
Note: Une marche de 8 km et un semi-marathon sont aussi organisés lors de cet évènement.

La course se fera dans le Mordor!

C’est dimanche, Ostéoman, Tintin et Krakott, arrivent à Bruges vers 8 heures du matin, le soleil se lève à peine et à la vue au loin du beffroi qui pointe dans une luminosité encore réduite, Thierry nous lâche : on dirait le Mordor! C’est pas faux, ce monument à ce moment-là a des ressemblances avec la tour de Saroumane (film Les Deux Tours tiré de l’oeuvre Le seigneur des anneaux de J.R. R. Tolkien). C’est décidé le marathon de Bruges se courra donc dans le Mordor, en pleine Terre du milieu, histoire de donner un peu de piment à cette running épopée dans laquelle la médaille du finisher sera notre prrééécciiieeuuux.

Après un stop dans les vestiaires et le dépôt de leurs affaires à la consigne (sans attente), les derniers passages à la toilette réalisés (#viedemarathonien-ne), notre trio retrouve Diego et le groupe se sépare en deux: devant Diego et Éric qui visent 3h40 et derrière Thierry et JY qui souhaitent le finir préférentiellement en moins de 4 heures.

Le départ est pris à 9h pile, les premiers kilomètres se font dans l’enceinte de Bruges puis direction la mer et on revient comme décrit précédemment. Les paysages sont assez variés et tout se passe bien pour tout le monde, c’est un bel évènement et les gens ont le sourire, ça fait plaisir à voir. La course s’effectue dans des conditions idéales : du soleil, pas de vent et une dizaine de degrés au thermomètre. Plusieurs petits groupes musicaux sont éparpillés le long du parcours, on entend du blues, de la cornemuse, de la bonne vieille musique des années 90 (prononcer nonante vous êtes sur un blog belge ;-)), des tambours, c’est sympa, ça motive, ça met de l’ambiance. Les passages sont relativement larges, personne ne se bouscule et les ravitos sont nombreux (tous les 2,5 km) et en suffisance. Côté chrono, Éric franchira la ligne d’arrivée en 3h38 (félicitations pour son nouveau RP sur la distance marathon), et suivra Diego en 3h40, JY en 3h56 et Thierry en 3h57, contrat rempli!

Ce que l’on retiendra du marathon de Bruges

  • L’organisation au top, vraiment rien à redire de notre point de vue.
  • Les ravitaillements en eau tous les 2,5 km: pour finir déshydraté, il fallait y mettre du sien.
  • Les premiers kilomètres dans Bruges sont vraiment superbes.
  • Un passage en course en bord de mer, c’est toujours agréable.
  • L’arrivée sur la Grand-Place: grandiose.
  • Le petit côté « marathon de village » super agréable: pas de gros village marathon, pas de packs marathon distribués contenant des choses que l’on n’utilise quasi jamais, pas de flyers de publicités à tout va, etc., il restait l’essentiel.
  • La sympathie des bénévoles.
  • Le cadre du retrait des dossards dans le beffroi de Bruges, la grande classe.
  • La possibilité de se doucher sur place (après on ne sait pas si elles étaient correctes, nous ne les avons pas testées).
  • La Brugse Zot et le foodmarket à l’arrivée: on a jamais eu un ravitaillement en fin de course aussi bien et bon que celui servi (oui servi) lors de ce marathon.
  • L’ambiance conviviale sur la place où était situé le foodmarket où tout le monde s’est réuni entre amis ou en famille.

En résumé, on a réellement apprécié cette course dans sa simplicité et pour son organisation. Le parcours au final est plaisant, la météo exceptionnelle rendant ce week-end marathon mémorable.

Enfin ce week-end nous a aussi permis de mettre quelques kilomètres supplémentaires au compteur de notre défi 2000 km pour Viva For Life (2). Au moment où nous publions ces lignes, nous sommes à 769,4 km parcourus depuis le 1er octobre et notre cagnotte s’élève à 251€ (Nous mettons en vente chaque kilomètre parcouru à 1€). On en profite d’ailleurs pour remercier les personnes qui ont d’ores et déjà fait un don à Viva For Life en parrainant ce défi. Charon, Florence, Annick, Valentin et Ann, soyez ici grandement remerciés pour votre générosité. Si comme eux, vous désirez soutenir cette cagnotte mise en place pour aider les enfants de 0 à 6 ans vivant sous le seuil de pauvreté en Belgique, nous vous invitons à faire un don directement sur la plateforme officielle de Viva For Life en cliquant ici. Pour plus d’information sur notre défi, c’est par .

Prochaines courses pour la team BE RUN, le semi et le marathon de Bruxelles qui se dérouleront le 28 octobre prochain.

Allez à bientôt!

(1) Une jate de café c’est une tasse de café en Wallon.
(2) D’octobre à fin décembre, nous nous sommes lancés comme défi de courir 2000 km dont un maximum lors de courses officielles pour soutenir l’action de Viva For Life (aide aux enfants de 0 à 6 ans souffrant de la pauvreté en Belgique). En parallèle, nous avons lancé un appel aux dons via la plateforme officielle de Viva For Life où nous mettons en vente 1€ chaque kilomètre parcouru, ainsi nous espérons récolter 2000€ pour venir en aide à des petits bouts dans le besoin. Vous trouverez également ci-dessous une courte vidéo expliquant l’action de Viva For Life.

Publié par

Super Krakott

J'aime découvrir des villes en courant des marathons. Bières et burgers, il n'y a pas mieux pour récupérer!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s