Passage de témoin #8 – le CDBXL à l’origine d’un nouveau type de « dopage » naturel? Enquête à Londres!

Les championnats du monde de Londres 2017 tirent doucement leur révérence et ils nous ont déjà offert leurs doses de surprises : que dire de la superbe performance du français P-A Bosse sur le 800 m, du loupé du sprint jamaïcain, des adieux d’Usain Bolt et de la victoire de Justin Gatlin sur 100 m, de la troisième place d’Allyson Félix sur 400 m, du nouveau titre sur 10 000 m de Mo Farah, des mésaventures d’Isaac Makwala et surtout de la première médaille d’or en championnat du monde d’athlétisme de l’histoire de la Belgique avec le titre à l’heptathlon de Nafissatou Thiam. On a tout simplement passé de chouettes moments devant notre poste de télévision à regarder les performances de tous ces athlètes en compétition.

Parallèlement aux épreuves qui se sont tenues lors de ce rendez-vous international d’athlétisme, il est à noter que l’IAAF (1) a réalisé une étude sur plus de 200 athlètes ayant participé à ces mondiaux et dont le sujet était le suivant : Ingérer du CDBXL (chou de Bruxelles) la veille d’une course permet-il d’améliorer ses performances chronométriques? (2)

sprout 3.png

A l’origine de  cette investigation, un article avançant cette hypothèse qui est paru en avril 2017 dans la revue « Food in sport: ingredients of performance ». (3)

Le processus métabolique en cause: la méthanisation du CDBXL se produisant lors de la digestion.

Qu’est ce que le phénomène de méthanisation?

La méthanisation (ou digestion anaérobie) est le processus naturel biologique de dégradation de la matière organique en absence d’oxygène (dit milieu anaérobie). Lors de ce phénomène une partie de la matière organique est dégradée en méthane. (4)

Comment ce phénomène serait à l’origine d’un « dopage » naturel :

Le méthane produit lors du processus de méthanisation comme décrit ci-dessus aurait un double effet, comme suit:

  1. Les athlètes ayant mangé des CDBXL la veille de leur course se retrouvaient artificiellement plus légers. L’hypothèse avancée : le méthane, présent dans les intestins des coureuses et coureurs testés, étant un gaz plus léger que l’air permettrait de compenser de 3% à 7% l’effet de la gravité, les rendant en conséquence plus légers.
  2. Une poussée vers l’avant par paliers (expliquée par l’expulsion du méthane hors du corps s’effectuant lors d’un effort intense) serait également à l’origine d’une augmentation de la vitesse de déplacement des sujets étudiés allant de 2% à 4%.

Il est à noter que le second effet a pu être mis en évidence sans équivoque lors des demi-finales du 200 m masculin ayant vu la non qualification pour la finale de plusieurs coureurs (C. Lemaître, J. Blake, D. Talbot pour ne citer qu’eux) et ayant tous un point commun : ne pas avoir ingéré de CDBXL la veille de leur course alors que les 8 finalistes en ont tous pris. Pure coïncidence, cette étude semble en démontrer le contraire…

Il est bien évident que cette enquête provoque de nombreux débats au sein des différentes fédérations nationales d’athlétisme et d’ores et déjà des requêtes auprès de l’agence mondiale antidopage (AMA) ont été déposées afin de demander une nouvelle étude indépendante et ce dans l’objectif de confirmer ou contredire les observations faites lors des mondiaux de Londres.

Toujours est-il qu’en attendant une interdiction possible des choux de Bruxelles comme produit « dopant », il est bon de signaler que d’énormes commandes de CDBXL ont été réalisées par la Russie (5) durant les 6 années qui ont précédé la révélation du scandale du dopage Russe par la chaine allemande ARD en décembre 2014 via la diffusion du documentaire intitulé:  « Dossier secret sur le dopage : comment la Russie produit ses vainqueurs ». (6)

Affaire à suivre donc!

Allez à bientôt!

(1) IAAF : Association internationale des fédérations d’athlétisme (dans la langue de Shakespeare: International Association of Athletics Federations, IAAF).
(2) Une nouvelle fois, Fieke, Fieu, c’est pour rire.
(3) N’existe pas à notre connaissance, mais ça ferait un sacré bon titre de livre, non?
(4) Par contre, ça c’est bien réel.
(5) Peut-être, peut-être pas, on n’en sait rien en fait, mais imaginez que c’est vrai, ce billet aurait-il mis à jour le poteau rose?
(6) Ça aussi c’est juste.

Publié par

Super Krakott

J'aime découvrir des villes en courant des marathons. Bières et burgers, il n'y a pas mieux pour récupérer!

Une réponse sur « Passage de témoin #8 – le CDBXL à l’origine d’un nouveau type de « dopage » naturel? Enquête à Londres! »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s