Travel & Run #31 – From Sarajevo with love et un semi!

Bien le bonjour,

Dernièrement notre Krakott est allé poser ses valises et ses running du côté de Sarajevo pour une durée de 7 jours en septembre. Alors ce n’est pas la première fois qu’il s’y rend et il a déjà rédigé un billet sur le blog en 2017 sur cette destination ; Post que vous pouvez re-découvrir ici.

Pour cette fois, il a prolongé son voyage professionnel pour y séjourner durant le week-end et ce afin d’en découvrir un peu plus sur la ville, ses alentours et surtout pour participer au semi-marathon!

Petit briefing sur la destination

Alors dans nos billets estampillés Travel & Run, on écrit habituellement une petite introduction histoire d’en dire un peu plus sur la situation géographique du pays visité etc. Mais comme on l’a écrite il y a deux ans, on a choisi de se mettre en mode éco pour le coup et de faire appel aux fameux druides Raccourcix, Controlcix et Controlvix :

La Bosnie Herzegovine (BiH) est un des pays issus de l’ex-Yougoslavie. Elle est formée de deux entités, la fédération de Bosnie-Herzégovine et la République Serbe de Bosnie (Republika Srpska). La population du pays est composée majoritairement de serbes (orthodoxes), de croates (catholiques) et de bosniaques (musulmans). Côté géographie, la BiH est entourée du Sud au Sud-ouest et jusqu’au Nord par la Croatie, à l’Est par la Serbie et au Sud-Est par le Monténégro. Sarajevo en est la capitale et du point de vue historique le pays a été sous domination des empires Ottoman et Austro-hongrois et a malheureusement connu une guerre civile entre 1992 et 1995. Le km est la devise du pays et non l’unité de mesure (non, on ne peut pas payer en courant!)… Pour info: 1 km (konvertibilna marka = mark convertible) vaut 0.50 €.

Le semi de Sarajevo

  • L’organisation:

Avant toute chose, il est préférable de mettre de côté ce que l’on connaît des organisations de courses dans les grandes villes européennes: ici c’est plus petit (2000 participants au total sur les différentes courses proposées (semi, fun race et semi en relais par équipe de 3) et plus simple! Il n’empêche, l’organisation NGO marathon Sarajevo, aux commandes de l’événement, a bien fait les choses: Le retrait du racepack (1) s’effectue dans une ancienne synagogue transformée en centre culturel, le vendredi ou le samedi du week-end de la course et pour celles et ceux ne parlant ni anglais, ni bosniaque ou serbo-croate, certaines personnes de l’organisation s’expriment aisément en français ou en allemand. Le samedi en fin de journée se tenait également une runners’ lounge party avec une DJ locale et la possibilité de prendre l’apéro autour d’un petit buffet et de sympathiser avec quelques runners et runneuses du cru. Bien sympathique tout ça!

Au départ de la course, on pouvait trouver quelques stands publicitaires, l’accès sans problème à des toilettes et à des consignes pour déposer son sac. Pendant la course, vraiment aucun souci, des ravitaillements tous les 4 km avec de l’eau, des boissons énergétiques et comme fruits principalement des oranges. (Note: je n’ai pas aperçu de toilettes sur le parcours mais je me trompe peut-être!). À L’arrivée (3 heures maximum autorisées pour finir le semi), on vous accueille avec de grands sourires, une belle médaille, une bouteille d’eau et une banane, de la chouette musique et de la bière sans-alcool (D’ailleurs en passant, ça n’a pas de goût ce truc là, il falloir soit arrêter de produire ce genre de boisson, soit méchamment améliorer le procédé de fabrication… #cecinestpasunebière).

  • Le parcours et la course:

Le tracé de la course peut vraisemblablement se diviser en trois grandes parties. La première vous emmène le long de la rivière Miljacka en direction de l’Est de la ville (partie Ottomane) du côté de la route des ambassadeurs. La seconde dirige les participant-e-s au niveau du stade olympique de la ville (en traversant la partie Austro-Hongroise de Sarajevo) et la troisième dans l’ouest de la ville dans la partie plus moderne, en longeant une nouvelle fois la rivière Miljacka mais dans le sens opposé.

Le parcours n’est pas des plus évidents et il faut aimer les longues lignes droites: la première partie évoquée plus tôt est un long faux plat une fois sortie de la ville (après 2 km) et la seconde fait part à une bonne côte (km 10) puis une seconde courte mais intense à la sortie du stade. Le parcours emprunte plusieurs passages aux mêmes endroits, on effectue au total trois allers retours, un dans chaque partie du tracé détaillée précédemment. Personnellement je ne suis pas super fan des parcours à aller retour, mais quand on voit les D+ que l’on peut se taper dès que l’on quitte l’axe principal de la ville, on comprend mieux le dessin du semi-marathon et celui de la ville d’ailleurs qui s’étend tout en longueur. Côté ambiance, il n’y avait pas forcément beaucoup de personnes sur le bord de la route pour encourager mais quand il y avait du monde, on les entendait et fort! Cela est aussi compensé par le fait que les runners et runneuses du coin s’encourageaient de bon cœur à chaque fois qu’ils et elles se croisaient et c’était chouette à voir et à entendre! Côté course, pour Krakott, ce semi a été un peu compliqué et il le finira en 1h 45min 05sec avec une gestion dirons-nous approximative. En résumé, il est parti comme un âne et arrivé en faisant les 5 derniers kilomètres comme un baudet! Toutefois, après avoir bien consulté le classement, nous pensons qu’il a dû réussir à faire un podium… dans la catégorie franco-belge…

  • Ce que l’on retiendra:

Sur place, on a le sentiment que c’est un évènement qui regroupe toute une communauté de coureuses et coureurs de la région et qu’ils et elles se connaissent tous. L’ambiance en résultant est très agréable: beaucoup de sourires, de décontraction avant, pendant et après la course! Le prix très démocratique du semi (20€ si inscrit avant fin avril à 46€ si inscription tardive) fait également du bien au budget running à l’étranger!

Les bonus du week-end: courir sur une piste de bobsleigh, du street art et un segment strava particulier!

Le centre ville historique de Sarajevo n’est pas très étendu et peut se visiter dans son intégralité en quelques heures. On peut y découvrir un savant mélange d’architecture Austro-Hongroise et Ottomane. C’est vraiment triste que la guerre soit passée par là, la ville en garde d’ailleurs de nombreux stigmates mais cela ne lui enlève aucunement son charme. Elle a une âme cette ville, une belle, de jour comme de nuit!

En y circulant vous pourrez également y apercevoir pas mal de street art et comme vous le savez, on aime ça le street art du côté de BE RUN, en voici quelques spécimens trouvés sur place.

Au delà de la visite de la ville, ce qu’il vaut (vraiment) le coup, c’est de partir sur les collines qui entourent Sarajevo, c’est plus paisible et les vues sur la ville y sont superbes. Juste une chose, les dénivelés sont assez importants pour les courtes distances parcourues, en gros, ça fait pousser les mollets et chauffer les cuisses!

JY a profité d’une partie de son week-end pour se promener aux abords de la ville lors d’une sortie « trail » de 18 km et un D+ de 860m au total. Cette dernière était découpée en 2 parties:

  • Partie 1: se rendre sur le mont Trebevic (1167 mètres d’altitudes environ (à sa montre) à 5 km du centre de Sarajevo pour un D+ de 504 m) situé sur la rive Sud de la rivière Miljacka pour aller courir sur la piste de bobsleigh des JO de Sarajevo-84 (expérience que l’on recommande). Le chemin n’étant pas forcément simple pour s’y rendre depuis le centre ville, voici la trace gps si un jour vous avez l’occasion d’y aller (il est aussi possible de s’y rendre en télécabine).
  • Partie 2: terminer sur la rive Nord afin d’aller voir les vestiges de fortifications et à nouveau une belle vue sur Sarajevo.

En résumé, on vous invite une nouvelle fois à vous rendre sur place ne serait-ce que pour découvrir la ville et ça vous permettra également d’effectuer un segment strava très particulier, tout à la descente…21d01fe0-61a5-431d-87d5-b81f6f4e8092

Et entre-nous, participer au semi c’est pas mal non plus!

Allez à bientôt!

(1) contenu du racepack: gel énergétique, coupons de réduction dans des magasins locaux, bon pour un repas après la course, t-shirt, dossard, épingles, une boisson isotonique et une autre au thé.

Publié par

Super Krakott

J'aime découvrir des villes en courant des marathons. Bières et burgers, il n'y a pas mieux pour récupérer!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s