Travel & Run #10 – Dublin: un marathon, de la guinness et de belles découvertes!

Bien le bonjour!

Fin octobre, une partie de la team BE RUN (Gaëlle, Jano et Krakott) est partie s’exiler pour quelques jours en Irlande à Dublin : au programme visite de la ville, profiter de bons moments entre amis et en famille, et y courir le marathon!

En route pour Dublin et l’expo marathon

Rendez-vous est pris le 28 Octobre, à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, où tout le monde se retrouve. Embarquement à 10h et les couleurs de l’avion nous mettent déjà dans l’ambiance.

img_4622

Après moins de 2 heures de vol, on rejoint le centre ville de Dublin avec le BUS 747 (AR=12€ par adulte) on descend à l’arrêt CONNOLY STATION pour y déposer nos bagages avant de se diriger vers l’expo marathon.

img_4624

Note : pour info il n’y a pas de consignes dans la gare elle-même. Par contre le magasin « internet and call shop » qui se situe sur le trottoir en face des escalators qui amènent à l’entrée de la gare propose ce service (5€ par bagage par jour).

Première belle surprise du voyage, sans même nous prévenir, on y a retrouvé notre Tintin…

img_4791

La solution « dépôt de bagages » trouvée, on rejoint l’expo marathon en train (DART) en moins de 20 minutes. (Prendre la direction BRAY et descendre à l’arrêt SANDYMOUNT).

L’expo marathon

Sur la route (Merrion Road) qui nous amène à l’expo-marathon, les coureurs/coureuses sont déjà mis dans de bonnes conditions pour la course. En effet, plusieurs panneaux sont accrochés aux lampadaires de la rue et sur lesquels on peut lire des « motivation quotes ».

Que dire de l’expo marathon : c’était super bien organisé, pas une seule fois nous avons dû faire la file. Il y avait pas mal d’exposants de vêtements de sport, de nutrition et d’accessoires, etc. de quoi faire le tour des produits que l’on ne trouve pas forcément chez nous. On a aussi beaucoup apprécié le Pasta Bar et les pâtes aux « runners beans »(apparemment ça existe). Plusieurs conférences étaient également organisées. On retiendra de notre côté celle d’Eoin Ryan (auteur d’un livre intitulé Outcome Running) dont le sujet portait sur les émotions ressenties lors d’un marathon et la phrase « I will finish, I will finish » qu’il a répétée de nombreuses fois lors de son intervention et qui vous met dans d’excellentes conditions mentales la veille de la course. Pour celles et ceux qui venaient en famille avec des enfants en bas âge, chose appréciable, il y avait aussi des activités organisées pour eux tels que des stands de maquillages (période d’halloween) et des sculpteurs de ballons.

Le marathon

  • Peut-être les meilleures conditions réunies :

La météo : il faisait frais mais pas froid avec un bel ensoleillement.
La date : dans la nuit du 28/10 au 29/10, c’était aussi le passage à l’heure d’hiver. Du coup on a gagné une heure de sommeil supplémentaire et quand on doit se lever vers 6 heures du matin, c’est plus que la bienvenue.
L’organisation : la fluidité au niveau du dépôt des sacs, des toilettes aux zones de départ (on est parti dans la première vague, la donne est peut-être différente pour les suivantes), les indications données aux coureurs.
Nous logions au 13 WEXFORD street, DUBLIN 2 (réservé via un site bien connu de logements de particuliers) qui est à 15-20 minutes à pied de la zone de départ : donc pas de stress non plus pour la rejoindre le matin du marathon.

  • Le parcours :

Comme tous les marathons, il fait 42.195 km… mais les distances intermédiaires étant indiquées essentiellement en miles (tous les 5 km sont également affichés), on a l’impression pendant la course qu’il est plus court (26.2 miles)… et c’est juste une impression. À savoir, le parcours n’est pas des plus plats, il y a quelques bonnes montées et surtout de très longues descentes. A nos montres on a observé un D+ de 170 m et un D- de 175 m.

Le parcours est une boucle dont le départ et l’arrivée se font dans le centre de la ville. Notre moment préféré : la traversée de Phoenix Park. Ce n’est pas forcément le plus « beau » parcours que l’on a rencontré sur marathon, mais ceci est compensé par une énorme ambiance.

Route-Map-2017

  • L’atmosphère de la course :

C’est facile, elle était extraordinaire. Il y avait beaucoup de personnes sur le bord de la route pour encourager les futur(e)s marathonien(ne)s du jour et proposer des gellies (bonbons) en cas de coup dur. L’ambiance à la sortie de Phoenix park (un truc de fou), à partir du semi c’est quasi sans discontinuité, et à l’arrivée… il faut simplement la vivre. Pour vous dire, on a vécu tous les trois le marathon de NY et définitivement l’ambiance est largement du même niveau. Tout au long du parcours, vous entendez des Well, done mate!, Keep going, you’re doing well! sans parler des nombreux signes humoristiques et d’encouragements que vous pouvez lire. On a retenu les suivants : You look sexy (ça fait toujours plaisir, surtout quand on voit parfois nos têtes pendant l’effort…), You are running much better than the banks…, Do not waste your time reading this sign, keep running, Keep running you paid to be here!, You are lucky the weather is great today! etc.

  • Du côté de la team :

img_4697
Avec les superbes conditions du jour, tout s’est bien passé pour tout le monde, pas de blessure, des sourires aux lèvres au départ qui sont restés jusqu’à l’arrivée et c’est bien là l’essentiel. Jano finit en 3h27, Krakott en 3h51 et Gaëlle en 4h36. On en conclura de notre côté que Gaëlle et Jano ont bien récupéré du marathon de Berlin (fin septembre) et que la préparation aléatoire de Krakott n’a pas eu l’impact redouté.

Au final tout le monde repart avec une chouette médaille à l’effigie de Jonathan Swift (rien à voir avec Taylor) et un T-shirt finisher à manches longues (bien ça avec l’hiver qui s’en vient).img_4698

Ce que l’on a apprécié également pendant la course : les ravitaillements où l’eau était distribuée sous forme de petites bouteilles qui pouvaient se fermer facilement et ayant un volume de 250 mL (suffisant et pas top lourd ce qui permettait de les garder et de s’hydrater au besoin entre les ravitos). Le petit plus à la remise du T-shirt finisher : une fois ce dernier récupéré, il y avait une zone prévue par l’organisation pour l’échanger si au final la taille prise n’était pas la bonne, on dit bien vu!

Et Dublin dans tout ça?

La ville n’est pas trop étendue et beaucoup de choses peuvent être visitées à pied. Pour vous dire, de notre camp de base, à chaque fois que l’on effectuait une recherche sur un plan, les distances indiquées étaient inférieures à 1,5 km.

À Dublin, il y a définitivement beaucoup de pubs surtout du côté de Trinity College et de Temple Bar (d’un autre côté si ça s’appelle Temple Bar…). Y aller permet d’observer une partie de la culture irlandaise et d’assister à de nombreux concerts qui y sont organisés. On en a même trouvé un IRISH PUB au nom de Bruxelles!

Etant amateurs de bières, nous avons forcément visité la GUINNESS STOREHOUSE que l’on vous recommande vraiment et dont la scénographie est très bien faite. Ce musée vous en apprend d’office beaucoup sur la bière du même nom, son procédé de fabrication et sur le rôle qu’elle a eu dans le développement de la ville. Chose non négligeable, vous pourrez y déguster une Guinness (comprise dans le prix de l’entrée, 25€ tout de même) au 7ème étage du bâtiment, tout en profitant d’une vue à 360° sur Dublin.

Les chouettes autres choses observées sur place :

  • Christ Church Cathedral
  • Saint Patrick’s Park
  • Des plaques relatant des moments de vie sur Nicholas street (il faut lever les lieux pour les observer sur certaines façades d’immeuble)
  • Dublin Castle et l’histoire de l’indépendance de l’Irlande
  • George’s street Arcade
  • Trinity College
  • etc.

Comme vous le savez, on est amateur de Street Art et on a fait quelques découvertes sur place :

Pour finir, Dublin et son marathon nous auront laissé de très bons souvenirs. On pense sincèrement que cette course doit figurer sur votre « to do list ».

Et pour conclure, une petite pensée de runner que ce chouette marathon nous a inspiré!

img_4154

Allez à bientôt !

Publié par

Super Krakott

J'aime découvrir des villes en courant des marathons. Bières et burgers, il n'y a pas mieux pour récupérer!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s